La Conférence des Nations Unies de haut niveau pour soutenir la mise en œuvre de l’objectif de développement durable 14 : Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable, sera convoquée au Siège de l’ONU à New York du 5 au 9 juin 2017. La Fondation Prince Albert II de Monaco présente à cette occasion, une action sur 9 objectifs spécifiques.

Prévenir et réduire la pollution marine (#14-1)
Sous l’impulsion de la Fondation Prince Albert II de Monaco, l’association BeMed soutient des initiatives locales pour réduire la pollution en Méditerranée. Elle vise à développer un réseau d’ONG, de collectivités territoriales, d’institutions scientifiques et d’acteurs privés qui agissent contre la pollution marine.

Gérer et protéger durablement les écosystèmes marins et côtiers (#14-2)
Dans le cadre de l’accord RAMOGE, signé en 1976, Monaco, la France et l’Italie ont mis en place un instrument de coopération scientifique, technique, juridique et administrative, afin d’agir pour une gestion intégrée du littoral.

L’accord Pelagos, signé en 1999, protège tous les mammifères marins et leurs habitats des menaces d’origine anthropique. Il est géré par la France, l’Italie et la Principauté de Monaco qui en héberge le Secrétariat permanent.

L’Accord sur la Conservation des Cétacés de la Mer Noire, de la Méditerranée et de la zone Atlantique adjacente (ACCOBAMS), signé en 1996, concrétise la volonté des pays riverains de préserver toutes les espèces de cétacés et leurs habitats en s’imposant des mesures d’atténuation des impacts de leur activité économiques.

Les deux aire marine protégées de la Principauté de Monaco établies en milieu fortement urbanisé constituent de véritables laboratoires pour les scientifiques. Elles sont gérées par l’association Monégasque pour la Protection de la Nature.

L’acidification des océans (#14-3)
L’Association Monégasque pour l’Acidification des Océans (AMAO) fédère les institutions monégasques et des organismes internationaux pour proposer des solutions d’adaptation à l’acidification.

Rétablir les stocks de poissons (#14-4)
L’alerte lancée à la CITES en 2010 par le Gouvernement Princier et la Fondation Prince Albert II de Monaco sur le risque d’extinction du thon rouge a provoqué une prise de conscience de l’ensemble des acteurs de la filière, et tous reconnaissent aujourd’hui que les stocks se reconstituent.

La Monaco BIue Initiative, co-organisée par la Fondation Prince Albert II de Monaco et l’Institut océanographique, est un think tank qui réunit scientifiques, économistes et politiques et élabore des analyses et des recommandations sur les articulations entre les aires marines protégées et les activités économiques telles que la pêche et l’aquaculture.

Préserver au moins 10% des zones marines et côtières (#14-5)
Les gouvernements de Monaco, de France et de Tunisie ont créé, avec la Fondation Prince Albert II de Monaco, un fonds fiduciaire pour renforcer et développer les aires marines protégées (AMP) de méditerranée. Il cherche prioritairement à renforcer la gestion effective de ces AMP en finançant leurs coûts de gestion récurrents.

L’exploitation durable des ressources marines dans les petits états insulaires (#14-7)
La Fondation Prince Albert II de Monaco soutient des projets d’exploitation durable des ressources marines dans les petits états insulaires tels que le Palaos ou les Kiribati.

Approfondir les connaissances scientifiques (#14-a)
La Mediterranean Science Commission (CIESM), basée à Monaco, soutient la recherche marine multilatérale en Méditerranée et en mer Noire depuis 1910. Elle réunit aujourd’hui 23 États membres.

Les travaux du Centre Scientifique de Monaco visent à établir les bases du fonctionnement des écosystèmes coralliens tropicaux, méditerranéens et profonds en relation avec les changements climatiques globaux, dont l’acidification des océans.

La campagne 2017-2020 des Explorations de Monaco vient dêtre lancée pour conduire, sur toutes les mers du globe, des projets de recherche et de médiation scientifique.

Le Gouvernement de Monaco et la Fondation Prince Albert II de Monaco ont initié la proposition faite au GIEC de produire un Special Report on Oceans and Cryosphere in a Changing Climate. La réunion de cadrage de ce rapport a été hébergée par Monaco en décembre 2016.

Garantir aux petits pêcheurs l’accès aux ressources marines et aux marchés (#14-b)
La Fondation Prince Albert II de Monaco assure, en Méditerranée, la coordination du programme Mr.Goodfish avec pour objectif de sensibiliser le public et les professionnels aux enjeux de la consommation durable des produits de la mer, en incitant notamment les consommateurs à acheter du poisson issu de la pêche artisanale.

Utilisation durable des océans en application des dispositions du droit international (#14-c)
Monaco participe activement aux discussions relatives à l’élaboration, dans le cadre de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, d’un instrument international juridiquement contraignant sur la conservation et l’exploitation durable de la biodiversité marine dans les zones situées au-delà des limites de la juridiction nationale.